Biblio'Brousse

Dori, pays peul, d’octobre 2007 à février 2008

Dori 2007/2008

Tabaskie et les mouton

Dori, le 24 décembre 2007

Décembre et sa cohorte de fêtes… Puisque tous les cultes se mélangent, nous honorons aussi bien les fêtes chrétiennes que les fêtes musulmanes. La moitié de l’équipe étant de religion musulmane, le 19 décembre, nous avons donc fêté comme il se doit la Tabaskie, ou Fête du Mouton (même si ce serait plutôt la Fête-de-ceux-qui-aiment-le-mouton, ce que l’Agneau Pascal est à l’agneau !)

Cette fête dure à Dori plus de quatre jours (autrefois elle durait même 2 semaines) et à cette occasion chacun cuisine le ou les moutons qu’il possède (tout dépend de la richesse de chacun) et offre à la famille, aux amis… Les béliers qui bêlaient à perdre haleine sous les fenêtres du Biblio’Brousse n’ont pas échappé à la tradition.

Cette année, nous avons été très gâtés, et le frigo du Biblio’Brousse déborde de mouton (ressemblant plus à l’étal d’un boucher !). Finalement le mouton sous toutes ses formes remplace sans problème la traditionnelle dinde farcie !

Tabaskie c’est aussi l’occasion de bien s’habiller, les filles passent plusieurs jours à se faire tresser, et tout le monde se promène dans les rues, visite les voisins et part chez le photographe pour immortaliser le moment. Nous sommes alors allés chez le vieux photographe de Dori, et nous y avons retrouvé des lycéens, des petites voisines, tous posant sérieusement (sourire interdit !) sur fond d’une capitale imaginaire ultra-moderne.

Mais le Biblio’Brousse reste ouvert, même en période de fêtes, où le Cinéma Biblio’Brousse attire tous les enfants (et les plus grands) qui ont reçu leur cadeau de « Bonne Fête » (100 FCFA, soit 0,15 €, que leur parent leur ont donné). Ils viennent donc dépenser la moitié de leur fortune au cinéma que nous ouvrons tous les week-ends. Et Rasta Rocket, l’histoire de l’équipe nationale jamaïcaine de bobsleigh, fait toujours autant recette, certains enfants tombant littéralement de leur chaise à force de rires.

Les fêtes marquent aussi le retour d’anciens élèves auprès de leur famille, et tous passent saluer le Biblio’Brousse. Ils nous racontent alors leur rentrée scolaire à l’université, leur découverte de la capitale.

Et les temps sont durs pour les étudiants burkinabés. Car l’université de Ouagadougou connaît le même genre de problèmes que les universités françaises, mais à la mesure de l’exacerbation africaine : dans certaines sections, les amphis prévus pour 1000 élèves sont occupés par 3000 étudiants. Pour pouvoir s’assurer, ne serait-ce qu’une place debout dans l’amphi, il faut faire la queue dès 5h du matin pour un début des cours à 7h.

Les chambres de la cité universitaire, qui ne doivent accueillir en principe que 4 étudiants, hébergent aujourd’hui plus de 10 étudiants ; le problème de sanitaires allant de pair, il faut faire la queue plus de 30 mn pour accéder aux toilettes. Et il faut aller chercher son repas du midi à 9h le matin (!), si l’on veut pouvoir étudier le ventre plein. Le problème est que l’université n’accompagne pas l’augmentation croissante du nombre de jeunes scolarisés et obtenant le baccalauréat. Les infrastructures ont été créées il y a plus de 20 ans, et à l’époque seuls 2000 élèves parvenaient jusqu’à l’université. Mais comme toujours, les élèves, et nouveaux étudiants, ne sont plus à un obstacle près, et c’est l’opiniâtreté qui les fera arriver jusqu’aux diplômes.

L’activité au Biblio’Brousse suit son cours, Matho, Kossi et Nathalie assurent, chacun avec un style différent (du calme à l’énergique), les formations informatiques.

Et tous se partagent les activités annexes du Biblio’Brousse : Matho pour la maintenance des ordinateurs du tout Dori (entre le portable virusé du quincaillier et le disque dur endommagé de l’adjoint au maire ! La tâche est grande !); Nathalie s’atèle à la création de site pour le projet Boala (nouveau projet Biblio’Brousse de création d’un site d’échanges (de cours, de blogs) entre lycéens du Burkina et de France, qui sera installé dans les salles informatiques, mais nous en parlerons plus en détail dans une prochaine news).

Kossi, prend le relais sur l’écriture des nouvelles que nous vous donnons le plus régulièrement possible. C’est donc sa plume qui vous accompagnera maintenant dans les aventures bibliobroustiques. Quant à nous, nous gérons tous les petits tracas de la logistique, les bonheurs des dossiers de financement (!) et nous préparons activement le projet Boala.

Chad, le nouvel arrivant à Biblio’Brousse, s’habitue tout tranquillement au climat de Dori et à sa nouvelle vie africaine, qui ne semble pas pour lui déplaire !! Tous les jours il fait une visite au bus pour contrôler que tout se passe bien, et repart dans le dos de sa nounou.

Le renouvellement des adhésions pour l’année 2008 approche, et nous avons déjà commencé à confectionner le cadeau Biblio’Brousse de cette nouvelle année, en faisant travailler le tanneur de Dori… Mais nous ne révèlerons pas encore le secret de sa fabrication !

Carnet rose : le Biblio’Brousse a la joie de vous annoncer la naissance de Nina, chez Ann-Laure et Yoann, qui profite de l’air réunionnais pour faire ses premières découvertes.

Très bonnes fêtes à tous, que l’année à venir vous trouve heureux et en bonne santé, Le Biblio’Brousse reviendra dans vos boîtes aux lettres dès l’année prochaine !

En bonus pour noël, quelques clients supplémentaires du photographe de Dori…

Sac au dos

Dori, le 10 octobre 2007

La rentrée a sonné pour l’équipe du Biblio’Brousse, mais elle a sonné depuis août, qui a marqué le début des préparatifs de la grande Assemblée Générale qui s’est déroulée le 8 septembre 2007.

A cette occasion, 150 adhérents se sont réunis sous le chapiteau monté par l’équipe pour écouter le bilan des activités menées depuis deux ans, profiter de l’exposition de photos, de la diffusion de films et d’un zest de musique jazz jouée en live.

Charly, Ann-Laure, Yoann et Amandine ont donc surtout insistés sur le passage de relais qui est en cours : en accord avec l’objectif initial du projet Biblio’Brousse, le défi de l’association restait à mettre en place une action pérenne (qui change des éternels projets menés sur 6 mois et laissant par la suite les populations encore plus déçues) ; et pour cela il a fallu recruter des jeunes diplômés burkinabés pour leur proposer des offres d’emplois attractives, chez eux, et non pas uniquement hors de leur pays.

C’est ainsi qu’ont été recrutés Matho Moninga, en novembre 2006, titulaire d’un DUT en maintenance et réseaux informatique ; et Kossi Akagla, en février 2007, titulaire d’une maîtrise en relations internationales.

Le dernier formateur a être recruté est une formatrice, elle s’appelle Nathalie Kaboré, est ingénieure réseaux, et vient de rejoindre l’équipe il y a une semaine, pour assurer la rentrée du Biblio’Brousse. Elle est venue compléter Fati, la bibliothécaire et Amadou le coordinateur. Ainsi, le Biblio’Brousse emploie donc aujourd’hui 5 personnes ; et si l’on compte l’équipe initiale, cela fait une équipe totale de 9 personnes !!

Nous ressentons de ce travail d’équipe un profond sentiment de partage, Matho, Kossi (et bientôt Nathalie), Fati et Amadou, gèrent le Biblio’Brousse dans sa partie formation, nous continuons à gérer toute la partie administrative, la recherche de financement et la conclusion d’accords locaux, et ce travail collectif est fondamentalement enrichissant. Et pour nous, le vrai défi commence maintenant : faire en sorte que ces nouveaux formateurs très compétents, qui nous font confiance et qui réalisent un excellent travail, conservent le plus longtemps possible cet emploi qu’ils aiment et qui leur donne énormément d’espoir, en ce qu’ils oeuvrent pour la jeunesse de leur pays.

Et pour cela nous avons besoin de vous, besoin que vous continuiez à soutenir le projet Biblio’Brousse. Et peut être aujourd’hui plus qu’avant : pour nous aider à montrer que l’humanitaire, la coopération, ne se résument pas aux seules actions d’urgence ;, qu’il est important d’aider les personnes à trouver du travail dans leur pays, un travail intéressant, bien rémunéré (ce que nous essayons de faire à la fois par le recrutement des formateurs mais aussi par la formation professionnalisante des élèves) et qui laisse ainsi d’autres alternatives que l’exode.

Voilà les sujets qui ont pu être abordés au cours de cette Assemblée Générale 2007. Nous espérons que l’Assemblée Générale 2008 pourra vous permettre de rencontrer Matho, Kossi, Nathalie et Fati… !

L’heure est aujourd’hui à la reprise des cartables pour la grande équipe du Biblio’Brousse, rentrée scolaire oblige. Il a donc fallu, dans un premier temps, retrouver le bus (qui avait été bichonné pendant ces congés par Matho et Kossi) et remettre « la bête » en marche.

Pour cela, quelques jours de mécaniques se sont imposés, car passer trois mois sous une pluie tropicale battante, et le reste du temps en plein soleil, ça créé quelques petits hic de démarrage !

Mais c’est sans problème que le Biblio’Brousse a repris la route, pour commencer sa troisième année scolaire. Et pour la deuxième fois, la route aboutit à Dori. Plusieurs raisons à ce choix : tout d’abord l’énorme demande émanant des nouveaux élèves du lycée, et des habitants, pour une nouvelle formation du Biblio’Brousse.

Ensuite, il nous a paru intéressant de retourner dans une ville où beaucoup de personnes ont déjà été initiées à l’informatique afin d’entrer dans une formation plus poussée, permettant de réaliser des documents informatiques plus complexes. Enfin, il nous semble plus aisé pour le passage de relais, si le Biblio’Brousse concerne chaque année une ville qu’il a déjà formée, la deuxième ville de l’année restant nouvelle.

Nous vous donnons donc rendez-vous comme vous en avez l’habitude depuis plus de deux ans maintenant, le mois prochain pour des nouvelles fraîches du Biblio’Brousse à Dori, plein cœur du Sahel, régions des nomades peuls. Pour suivre avec nous l’évolution de cette aventure dont l’équipe est maintenant au complet.

Classé dans : Médiathèque

Introduire l’ordinateur et les nouvelles technologies comme un rouage de son propre système, comme le préconisait Joseph Ki-Zerbo, permet de donner à tous la possibilité d’accéder à l’information, d’améliorer ses opportunités d’emploi et de s’ouvrir sur le monde.

Le Biblio’Brousse est un bus culturel multimédia proposant depuis 2005 une formation informatique et multimédia aux lycéens et au grand public des villes rurales du Burkina Faso.

A ce jour, plus de 7200 personnes ont été formées par l’association Biblio’Brousse, dont la majorité à moins de 25 ans.

Lire la suite »

Vous devez mettre à jour votre FlashPlayer pour voir les vidéo du site.

Page du film >>

272