Biblio'Brousse

Des mois de préparation, année 2005

Biblio'Brousse...

29 août 2005

Nous n’avons pas le droit à l’erreur aujourd’hui, le bus part demain matin à 7 h direction Sète où nous lui dirons au revoir pour 11 jours de traversée !

L’ensemble de la bibliothèque (1200 ouvrages) a été chargé dans les soutes, les derniers cartons scotchés et les tests de solidité de notre système de protection ont débuté vers 19 heures. Beaucoup d’adhérents viennent voir une dernière fois le Biblio’Brousse avant son départ, et admirer son changement d’allure depuis samedi dernier : un vrai camion de la Brinks avec du matériel de récup’ !

Voilà où nous en sommes dans le décompte des jours? nous sommes lundi soir et nous nous apprêtons à nous séparer du bus pendant 11 jours en croisant les doigts très très fort pour que nous le récupérions entier à Lomé à la mi-septembre.

Nous, nous préparons nos sacs car notre départ approche aussi, il aura lieu vendredi dans l’après midi. Mais déjà, avoir fini à temps l’équipement du bus nous enlève un poids de 19 tonnes de sur les épaules.

28 août 2005

Programme du matin : emballer et conditionner les 80 écrans et les 70 unités centrales. Ce travail nous a demandé plus de 5 heures avec l’aide de 10 personnes, famille et amis. Mais le plus gros restait à faire : barricader le bus, protéger toutes les vitres avec des panneaux de bois (afin de dissuader les éventuels curieux), fixer les soutes et surtout réfléchir au casse-tête du chargement du bus. 22h : après avoir chargé l’avant du bus de l’ensemble des unités centrales, nous constatons un léger problème technique : nous l’avions si bien rempli que la carrosserie touchait la roue !

Réflexions faites nous avons continué à charger le bus mais à l’arrière. 1 heure du matin : le chargement des ordinateurs est terminé, tout le monde rentre chez soi fatigué mais plutôt satisfait de l’efficacité du travail accompli dans la journée. Demain il faudra compléter ce chargement.

27 août 2005

La préparation de l’inauguration s’est faite grâce à l’aide de dizaines de petites mains qui nous ont permis de mettre en place cette grande soirée. La ferme des Carrières, siège social du Biblio’Brousse, a pris le samedi 27 des allures d’usine au rendement très élevé, un seul souci s’est présenté le matin même : une pluie torrentielle !

Nous avons quand même réussi à trouver le courage pour sortir tôt le matin de dessous nos couettes (le thermomètre ne dépassait pas les 13°, un comble à Toulouse) et de prendre notre parti : nous accueillerions les 120 personnes attendues à l’intérieur, dans la ferme.

Finalement vers 15h les nuages ont arrêté de déverser leurs seaux d’eau et nous avons pu mettre en place in extremis le bus dans le champ, positionner les tables et dresser notre cocktail champêtre.

Vers 19h plus de 110 personnes étaient présentes : des adhérents, des partenaires, et aussi des curieux… Plusieurs installations leur ont été présentées : tout d’abord, bien entendu, le Bus (The Biblio’Brousse !!) que nous avions fini d’aménagé la veille au soir et qui ouvrait ses portes dans le champ ; le nouveau site Internet (qui sera mis en ligne d’ici une semaine) était consultable dans la grande salle à manger, au coin du feu ; un petit film de deux minutes qui présentait la préparation du projet était diffusé dans le couloir du poulailler ; et les photos de tous les travaux réalisés pendant ces deux mois sur le bus (que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur) défilaient en boucle dans le fond du bus.

De voir tout ce monde regroupé autour du Biblio’Brousse : les adhérents que nous ne connaissions pas, les familles et les amis venus de loin pour l’occasion, et tous ceux qui nous aident au quotidien, nous a fait très chaud au c?oeur et mis la larme à l’oeil… le départ approche !

15 août 2005

Tout doit être prêt dans 12 jours. Le 27 nous organisons notre dernière soirée avec l’ensemble des adhérents et des partenaires, les familles, les amis. Et il reste encore tellement à faire, nous travaillons tous les quatre jours et nuits, on se relaye pour pouvoir être le plus efficace possible, de toute façon, depuis plus de cinq mois maintenant, c’est la tension qui nous tient éveillée  » jour et nuit », à peine besoin de café. On se lève vers 6/7 heure (pour les plus matinaux) et on se couche vers 2 heure du matin, jusqu’à ce qu’il devienne impossible de manier une perceuse et de faire un trou à peu près droit.

La galerie du toit a été posée, les papillons se sont ouverts (ce sont les deux grands rabats sur charnière qui élargissent la surface du toit), tous les bureaux sont disposés pour gagner un maximum de place.

Finalement, vu de dedans avec les vitres teintées qui nous protègent du soleil, l’espace est très agréable, assez grand, aéré et à peu près frais alors qu’il doit faire 45° au soleil dehors. On s’y voit bien dedans pendant deux ans : accueillir les élèves, assurer les formations, créer, dialoguer, débattre, apprendre, enseigner…

Juillet 2005

Tout va très vite, il nous est difficile de donner des nouvelles régulièrement. Nous passons toutes nos journées et nos week-end à travailler sur le bus et à organiser son aménagement, pour optimiser la place.
Nous avons appris il y a peu de temps que nous pouvons être exonéré de TVA (en tant qu’association destinant son matériel à l’export) ce qui constitue à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Bonne parce que cela nous permet d’économiser près de 10 000 euros. Mauvaise parce que cela nous rajoute beaucoup de démarches à accomplir : aller voir les magasins où l’on souhaite faire un achat, leur demander une facture pro-format, établir un visa des impôts, aller le faire signer auprès de la dame des impôts (peu aimable jusqu’à présent, mais nous ne désespérons pas lui extorquer un sourire !), présenter au magasin ce document et ensuite la galère commence vraiment : convaincre le caissier, puis le chef de caisse, puis le comptable, le chef de la comptabilité, le sous directeur et le siège social à Paris… parfois même New York et la Lune (en exagérant à peine !).

Nous sommes en train de mettre la dernière touche au pilote que nous devons présenter à certaines chaînes câblées afin de proposer un documentaire sur les péripéties du Biblio’Brousse. Nous verrons bien ce que cela donnera ; en tout cas le pilote nous plaît, nous travaillons dur dessus depuis trois semaines.

Le mois d’août s’annonce éprouvant ; nous sommes tous les quatre sur les rotules à deux jours de vacances seraient les bien venus, à la mer pourquoi pas, histoire de profiter de l’eau fraîche avant le souffle chaud du Sahel.

Juin 2005

La première Assemblée Générale historique (!) du Biblio’Brousse s’est déroulée le 21 mai ; 70 personnes ont écouté le bilan de ces six derniers mois (bonus : suite aux nombreuses sollicitations, nous avons intégré un lien spécial comportant la recette des sauces « made in » Biblio’Brousse, qui étaient proposées au cocktail champêtre clôturant l’AG).

Amadou Diallo, le futur coordinateur du Biblio’Brousse au Burkina Faso, nous a fait le plaisir (exceptionnel, puisqu’il visitait pour la première fois l’Europe) d’assister à cette AG, durant laquelle il a tenu à remercier personnellement les adhérents et les partenaires pour leur soutien. Le Biblio’Brousse grossit, grossit, et le départ est imminent. Il ne reste plus que deux mois et la fin s’annonce aussi facile qu’un marathon des sables. Nous devons récupérer le bus début juillet au siège social ; il doit être vidé, aménagé, équipé, pour un départ prévu mi-août.

Une seule inconnue demeure : son transport.

Beaucoup nous assurent que le bus se fera littéralement piller lors de son transit par bateau de Sète à Lomé (au Togo), qui doit durer 13 jours. D’autres nous mettent en garde contre les vols opérés sur les parkings de stationnement avant l’embarquement sur le bateau, entre mafias portuaires, pirates des mers et équipages véreux. La solution d’un long voyage par voie terrestre (10 000 km) résonne de plus en plus. A suivre…

Mai 2005, première Assemblée Générale du Biblio’Brousse

Quelques nouvelles s’imposent aujourd’hui pour rendre compte des nombreuses évolutions qu’a connu le Biblio’Brousse durant ces six derniers mois.

Tout d’abord remercier du fond du coe?ur les 208 adhérents, les anciens et les nouveaux, ceux des pays de la Loire, de la région toulousaine et bordelaise, ceux de l’île de la Réunion, ceux des Philippines et de Hong-Kong, et tous les autres qui ne se reconnaîtront pas dans ces régions. Le soutien financier apporté par ces adhésions s’élève à 8 500 euros. Il permet au projet d’assumer l’ensemble de son budget de fonctionnement, garant de son autonomie et de sa pérennité. Il va permettre également de créer dès la première année trois emplois au Burkina Faso : un coordinateur local, un interprète et un gardien. Il est vrai que l’ampleur de ce soutien a été pour nous une réelle surprise et une immense joie. Depuis plus de deux ans et demi que nous travaillions à la mise en place du Biblio’Brousse, nous avons vécu ces 208 soutiens comme autant d’encouragements, à un moment où le souffle commençait à nous manquer.

Depuis le début de l’année 2005, le Biblio’Brousse ne connaît que des bonnes nouvelles (touchons du bois !).
Cela a commencé en janvier lorsque l’entreprise de transport en commun toulousaine, les Courriers de la Garonne, nous a fait don d’un bus en excellent état.

La liste de nos partenaires est devenue maintenant trop longue pour la détailler ici. Nous citerons les plus importants ou les plus connus (bien que les plus « petits » soient ceux qui nous épaulent quotidiennement) : le Ministère des Affaires Etrangères, le Crédit Agricole, le Ministère de l’Education burkinabé, le Lions Club.

Si vous ajoutez à cette longue liste de partenaires, les palpitations, les angoisses, et des tonnes d’énergie, vous aurez un bilan fidèle de ces six derniers mois.

Reste encore les quatre prochains mois avant le départ, qui ne s’annoncent pas des plus reposants.
Nous attendons toujours aujourd’hui des réponses importantes pour que le budget de 77 411 euros soit définitivement bouclé.

L’association est en phase d’être reconnue comme ONG internationale, ceci afin de nous faciliter le passage des douanes au Burkina Faso et au Togo. Pourquoi au Togo ? Puisqu’au delà de toute attente un bus nous a été donné sur place, à Toulouse, nous allons donc l’aménager sur place, à Belberaud. Nous allons le remplir à craquer d’ordinateurs d’occasion, nous allons souder toutes les portes, calfeutrer les fenêtres : Direction le port de Sète, au bord de la Méditerranée, d’où il prendra le bateau pour Lomé au Togo et rejoindra le Burkina Faso début septembre.

Nous donnerons des nouvelles des avancées successives du projet sur ces quatre prochains mois juste avant son départ de France.

Dès octobre, un nouveau site www.bibliobrousse.com sera mis en ligne et actualisé tous les trois mois avec les photos et les vidéos « live » du Biblio’Brousse. Un forum sera également créé qui vous permettra de dialoguer avec tous les membres du Biblio’Brousse et tous les bénéficiaires, lycéens ou grand public. Nous serons très heureux une fois là bas de pouvoir discuter avec vous de tous les détails de la vie quotidienne dans le Biblio’Brousse.

Février 2005

Le Biblio’Brousse continue son petit bout de chemin vers le Burkina Faso. La recherche de partenaires privés est active, les choses s’accélèrent. Nous avons conclut un partenariat avec l’association genevoise ICV (International Conference Volunteers) qui a accepté de prendre en charge nos quatre statuts.

Nous intégrerons donc le programme « Cyber Volontaires » de l’association ICV. En échange de quoi nous assurerons la promotion de ce nouveau statut grâce à la production de documentaires sur les actions menées, dans ce cadre, par ICV dans la zone ouest africaine (Sénégal, Mali).

Une grande nouvelle est arrivée la semaine dernière : une entreprise de transport toulousaine, Les Courriers de la Garonne, nous fait don d’un bus qui possède les critères que nous souhaitions (plancher plat, porte centrale, marque Renault dont les pièces de rechange sont disponible au Burkina Faso). Mais ce don implique des changements radicaux dans le planning !… A nous maintenant de trouver un transporteur maritime, puisqu’il n’est pas vraiment envisageable d’amener le bus par voie terrestre (environ 10 000 kilomètres de toutes à travers le Maroc, la Mauritanie, et le Mali !). L’aménagement du bus se fera donc ici, à Toulouse, et tout le matériel sera transporté dans le bus. Nous envisageons d’accompagner le bus dans ses trois semaines de voyage afin de nous assurer de la bonne arrivée (intégrale) de tout son contenu. Puisque les femmes portent malheur à bord des bateaux, Yoann et Charly seront chargés de bichonner notre nouveau bus pendant trois semaines sur un bateau cargo (belle perspective !).

Tout est donc en bonne voie, mais rien n’est encore gagné. La trouille au ventre nous planchons nuit et jour sur le casse-tête de la recherche de fonds. La tension monte… plus que cinq mois avant la deadline fatidique !

En parlant de deadline, il nous faut rendre avant le 31 mars le dossier de demande de subvention au Fonds Francophone des Inforoutes qui prendrait en charge 40% du budget. Le dossier est complexe et technique, mais nous nous accrochons.

Classé dans : Médiathèque

Introduire l’ordinateur et les nouvelles technologies comme un rouage de son propre système, comme le préconisait Joseph Ki-Zerbo, permet de donner à tous la possibilité d’accéder à l’information, d’améliorer ses opportunités d’emploi et de s’ouvrir sur le monde.

Le Biblio’Brousse est un bus culturel multimédia proposant depuis 2005 une formation informatique et multimédia aux lycéens et au grand public des villes rurales du Burkina Faso.

A ce jour, plus de 7200 personnes ont été formées par l’association Biblio’Brousse, dont la majorité à moins de 25 ans.

Lire la suite »

Vous devez mettre à jour votre FlashPlayer pour voir les vidéo du site.

Page du film >>

272